ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 

  academie art flamenco 

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact  

 

 

Rubriques

Liens


Chant, Danse, Toroflamencologie...

SEGUIRYA. Déformation phonétique du mot séguedille. Cette déformation contient toute une gamme de variantes que l'on trouve souvent et indifféremment: seguiriya, segiriya, siguiriya, segeriya, siguediya. La copla (couplet) se compose de quatre vers heptasyllabiques sauf le troisième, un hendécasyllabe. Lorsque la copla n'a que trois vers, l'un d'entre eux est répété. C'est un cante tragique, obscur, douloureux apparu à la fin du XVIII siècle. Il détient des valeurs de premier ordre qui en font un chant pur et profond. Il exprime que des sentiments, la condition tragique de l'homme. La seguiriya peut se concevoir comme la colonne vertébrale du cante, même s'il est difficile dans le domaine du flamenco de définir quoi que ce soit! Accompagnée par la guitare et ses constantes nuances, ses changements de voix en font un chant très difficile à interpréter. Aux difficultés techniques s'ajoute le fait quelle exige un sentiment et une vibration intérieure. La seguiriya ne s'apprend pas. Seul celui ou celle qui la ressent vraiment peut la chanter. 
La danse est sèche, rituelle, posée et cérémonieuse, dénuée de toutes fioritures. Elle est majestueuse, pleine de solennité et d'accents pathétiques. Elle fut introduite pour la première fois dans un répertoire en 1940. Les seguiriyas présentent 3 grands groupes selon leur origine géographique: Cadix et Los Puertos - Jerez et Triana (Séville). La plus ancienne seguiriya connue est celle que chantait El Planeta. Elle s'adressait à la lune.  
 
 
SAETA. Terme qui vient d'une espèce de prière chantée adressée au Christ ou à la vierge, telle une saeta c'est à dire une flèche. La tradition qui veut que le peuple chante des saetas au moment de la passion du Christ remonte à la moitié du XIXème siècle. La copla de quatre, voire cinq vers octosyllabiques est le résultat de la flamenquisation de l'ancien chant religieux. Elle n'est pas accompagnée par la guitare. La saeta actuelle chantée de nos jours lors des processions de la Semaine Sainte, détient un intérêt artistique, religieux et spirituel. Il a souvent été répété que le flamenco était une prière. C'est un cante qui ne se danse pas.  
 
 
ALEGRIA. Comme son nom l'indique ce cante traduit la joie, l'allégresse, la fête... La copla se compose généralement de quatre vers octosyllabiques et appartient au groupe des cantiñas que nous verrons plus tard. C'est une adaptation de la jota que chantaient les soldats venus de l'Aragon pour combattre à Cadix les troupes napoléonienne en 1808. C'est un chant de fête à la fois dynamique, gracieux et alerte destiné à la danse. Il faut retenir surtout les alegrias de Cadix et celles de Cordoue.  
 
 
SEVILLANE. Femme de Séville. La Sévillane est un chant flamenquisé, certainement le plus populaire de ceux qui existent en Andalousie. C'est aussi une danse exécutée par des couples formés d'un homme et une femme ou de deux femmes. Quatre chorégraphies se succèdent, appelés simplement: la première, la deuxième, la troisième et la quatrième, séparées par un court temps de pause. Chaque temps, chaque couplet donc, possède des paroles différentes et les pas de danse sont aussi variés. La copla (couplet) est semblable à celle de la séguédille castillane. Lorsqu'elle est classique, la Sévillane est composée de 4 ou 7 vers. Depuis quelques années elle jouit d'une diffusion extraordinaire. Le mot Sévillane fait autant allusion au cante qu'à la danse. Les Sévillanes sont gaies, vivantes, pleines de grâce et de vie. 
 
 
BULERÍAS. Le nom vient de burla (blague,moquerie). Ou bien de bulla (hâte, agitation). La copla (couplet) détient trois ou quatre vers octosyllabiques. La bulería est née à la fin du XIXe siècle. Elle permet toutes sortes d'improvisations. C'est un chant festif créé, semble t-il, par les Gitans de Jerez qui en sont ses plus fidèles détenteurs. Utrera et Cadix sont deux autres grands centres où se chantent les bulerias. La bulería est le chant et la danse qui invariablement terminent toute fête flamenca. Elle présente la même forme littéraire que les soleares. La grande souplesse de la bulería permet à tous les genres d'entrer dans ce style de chant et son répertoire est immense. Elle est toujours marquée par la spontanéité et le mouvement. 
 
 
RUMBA. Nom attribué a l'onomatopée d'un bruit qui résonne et retentit. Il provient d'une danse cubaine. Le chant flamenquisé accompagne la danse qui porte le même nom. La copla (couplet) possède quatre vers heptasyllabiques, parfois octosyllabiques. En tant que chant flamenco il est connu depuis plus d'un 1/2 siècle. Ce sont les Gitans Catalans qui l'ont surtout diffusé dès 1940. Aujourd'hui, ce chant reste plus apprécié de la jeunesse que des connaisseurs. Pour les puristes, la Rumba demeure sans profondeur et ne détient aucune pureté flamenca. 
 
 
 
TANGUILLO. Diminutif de tango. La copla (couplet) des tanguillos n'a pas de longueur fixe. Le refrain répétitif est lui aussi polymétrique. C'est un chant plein de grâce, typique de la région de Cadix. Les textes ont beaucoup d'importance. Ils font allusion avec une certaine ironie à des situations présentes ou historiques. Ces coplas sont caractéristiques des Carnavals de Cadix. Leur ton est plaisant, quelques fois moqueur. L'accompagnement à la guitare est très rythmé, la danse riche en subtilités et en agréables improvisations. 
 
SOLEARES. Ou soleá. Du castillan soledad (solitude). De récentes recherches font apparaître que le mot pourrait venir du verbe solear (mettre au soleil). La copla (couplet) est composée de trois vers octosyllabiques, parfois de quatre. Les rimes sont assonantes ou consonantes. La naissance de ce chant remonte au début du XIXe siècle; au départ ce chant avait pour but d'accompagner la danse du même nom. Plus tard, il devint un cante pour être écouté. Chant purement gitan, il revêt un caractère solennel et grave. Il fait partie, avec les tangos, les seguiriyas et les tonas des quatre piliers du cante flamenco. Il en existe une grandes variétés. Elles sont classées selon leur origine (d'Alcala, de Triana , de Jerez, etc...) ou selon leur créateur (d'El Mellizo, de la Serneta, de la Paula, etc...) La danse de la soleá est magnifique. Spécialement adaptée à la femme, celle-ci effectue de nombreux mouvements de hanches pendant que les bras voltigent avec grâce. Légères et souples car destinées au départ à la danse; en devenant un chant pour être écouté le rythme est devenu plus posé, plus majestueux.  

(c) association - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 9.10.2008
- Déjà 6522 visites sur ce site!